Dans mes œuvres surréalistes en général, j’essai de discuter de sujets vitaux, abordant les problématiques humains en générale, autant sociales, psychologiques ou environnementales.  Je standardise sur la base de ma vision personnelle et sur une base scientifique d’autre part.

Lorsque je détermine le thème du tableau, je recherche et lis sur le sujet dans les sites scientifiques pour obtenir le plus d’informations possible, que je traduis avec ma propre vision de l’œuvre.  Mes œuvres surréalistes visent à provoquer en même temps un traumatisme visuel et intellectuel.  La composition surréaliste et l’atmosphère générale de l’œuvre attire le regard et incite le destinataire à réfléchir sur les détails de l’œuvre et  d’interpréter les éléments et les relier à travers le titre, qui est la voie d’accès pour l’interprétation de la l’œuvre.

J’aborde et critique le côté négatif en plus de souligner les aspects positifs, pour créer le choc intellectuel que je recherche.  C’est une sorte de confrontation, une tentative de découvrir et d’évaluer sa propre perception et mettre en évidence ce qui doit être évalué, ajusté ou corrigé.  Je crois que l’art est un écho et le message le plus important est de stimuler la réflexion et de découvrir de nouveaux aspects de vie en général et pour  soi. 

Je produirai de plus en plus d’œuvres surréalistes ou les questions environnementales seront une priorité absolue.